Les jardins Adanse

Association Adanse Burkina (AAB) : Les Jardins Adanse et Binkene sont mis à sa disposition comme lieux d'accueil et d'accompagnement des familles en difficulté, selon les objectifs poursuivis par cette association.

Adanse Burkina est présidée par Emile et son conseil : Elisabeth, Thérèse, Sophie, Abdoulaye, Ardjata, Etienne ( chargé des relations extérieures et aussi président en France), Myriam (chargée du suivi et de l'évalutation des projets en France et au Burkina), Emmanuelle et Jean-Louis (membres aussi d'Adanse Faso et qui vont aux Jardins 1 fois par an).

Cette association est  implantée dans la banlieue de Bobo, dans un endroit mi-ville mi-brousse mais sans les avantages ni de l'une ni de l'autre : pas de service de proximité ni de champs à cultiver. La vie est précaire pour les veuves, les jeunes, les nombreux rapatriés de Côte d'Ivoire qui ont perdu emploi, droit à la santé et retraite.

Les objectifs poursuivis au Burkina, en synergie avec Adanse Faso en France

1) Accompagner les femmes dans la précarité, volontaires pour se battre et subvenir aux besoins de leur famille : accueil, écoute, aide alimentaire ou santé, formations, dotation d'un outil de travail, soutien à l'installation selon le projet de chacune. Le tout après enquête de proximité et concertation entre les membres au Burkina.

Plus de 120 femmes ont reçu une aide

Mais un problème de santé ou familial peut avaler en quelques jours leur minimum vital : une naissance, un décès, une maladie avec les prescriptions des centres de soin pas toujours appropriées et très coûteuses... L'augmentation du coût de la vie depuis 2 ans agrave le problème alimentaire. Adanse Faso en France propose des accompagnements divers : allocation naissance, décès, banque alimentaire , prise en charge des frais de santé. 18 femmes en ont bénéficié en 2017.

Stock de 2,2 tonnes de maïs pour compenser la mauvaise récolte 2017

Formations tissage : 28 femmes ont reçu diplôme et métier petite traditionnel après leurs 12 mois de formation à tour de rôle de 2012 à fin 2015. Elles gagnent "doi doni" (un peu un peu) et remercient Adanse de pouvoir en autonomie assurer le quotidien de leur famille.

Janvier 2017 : construction d'un centre de formation tissage aux Jardins nommé Gnentaga Bon, la maison du progrès. 4 tisseuses ont été formées à cette nouvelle technique en juin 2017.

Formations couture : 7 jeunes femmes ont fini leur formation de 3 ans et sont installées en atelier ou à la maison avec leur machine. 7 nouvelles commencent leur formation à partir de 2017.

Ici les 14 apprenties en couture et coiffure. Chantal apprend à coudre des sacs à partir des panges tissés

Formation coiffure : 2 jeunes viennent d'obtenir leur diplôme d'état et sont accompagnées pour démarrer leur activité. 7 autres font leur apprentissage dans un atelier sur 3 ans.

Alphabétisation : en cette rentrée scolaire 2017-2018, une quinzaine de jeunes femmes, notamment les apprenties vont suivre les cours d'alphabétisation avec Rebecca (mieux parler le français, connnaître le code alphabétique pour lire, calculer).

Jardin communautaire : 5 femmes rtès solidaires entre elles au Jardin Binkene. Puits et forage permettent de faire des planches en saison sèche (feuilles de haricots et tomates). Ceci pour mieux nourrir ces familles. Cette année la saison des pluies et la mauvaise qualité des semences n'ont pas permis une bonne récolte en 2017.

Forage

Une femme et sa fille qui vivaient dans des conditions précaires occupent un logement du site.

Dans ces jardins Binkene : plantation de Moringas dont les feuilles sont utilisées dans la lutte contre la malnutrition et de neems. 3 logements sociaux. Un projet de chateau d'eau solaire pour cultiver davantage et plus facilement en saison sèche.

La fabrication du soumbala (bouillon végétal à base de Nere) permet aux maraichères de faire face aux périodes creuses. Grâce à Adanse, elles ont pu faire un gros stock de Nere pour fabriquer toute l'année.

Début 2017 : construction d'une maisonnette pour installer un futur moulin à farine. Et 1 an après, installation d'un moulin à farine, qui sera géré par un homme, en formation actuellement. La farine de maïs ou mil est la base du tô, le plat de base au Burkina.


Savon :  2017, un nouveau groupe savon a été formé. Une salle aux Jardins Adanse leur est réservée. Mais l'envolée du prix de la soude a eu raison de cette activité. Une formation au savon à basede potasse et non plus de soude va avoir liu en mars 2018

2) Accompagnement des écoliers du secteuraide à la scolarité pour 105 écoliers, collégiens, lycéens et étudiants. Pour permettre à ces jeunes de poursuivre leurs études et leur éviter ainsi la rue.


Ecoles du secteur : achat de fournitures et équipement en table-bancs (comment apprendre à 6 par banc??), armoires, tableaux, construction de 8 modules classe extérieure de 20 places chacun

Côté culture : ouverture 2 fois / semaine d'une bibliothèque aux Jardins gérée par Thérèse.  Des livres de lecture scolaires vont être achetés. Occasion de compléter l'apprentissage de la lecture car les classes du secteur accueillent 170 enfants par classe sans 20 livres de lecture seulement.

Cours de bureautique avc un étudiant en informatique grâce aux ordinateurs donnés et préparés en France

Tous ces projets sont reconduits en 2018 grâce au soutien de chacun en France ou au Burkina.

En 2018 : le petit Massoud va partir en France se faire opérer des 2 pieds grâce à la chaïne de l'espoir. La jeune Fatim va pouvoir se faire opérer de sa fente labiale.

Bon à savoir : une permanente sur place, Thérèse, gère les comptes au quotidien et suit les projets. Elle connait toutes les femmes et les jeunes, les visitent régulièrement. L'utilisation de l'argent envoyé est contrôlé chaque mois par liaison Whatsapp et plus minutieusement par Myriam lors de ses 4 voyages par an.

Très important pour un bon partenariat ! Votre confiance est bien placée.

A'nitié !  Merci!